Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/79

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


il fit commencer en conséquence tous les travaux nécessaires ; ils étaient entièrement terminés, lorsque l’armée fut obligée de quitter Moscou. Une compagnie de sapeurs détruisit en peu d’heures l’ouvrage de plusieurs jours, et il ne resta de cette superbe salle que des débris et des ruines ; les antiques ornemens dont elle était décorée, nobles et précieux souvenirs de la majesté des Czars, tombèrent sous les coups de la hache.

Au moment de la retraite, tous les comédiens suivirent l’armée, et presque tous périrent misérablement. Saint-Vert, fait prisonnier par les Russes, après avoir perdu tout ce qu’il possédait, fut conduit devant le prince Kutusow, qui lui fit l’accueil le plus obligeant, écouta avec bonté le récit des privations qu’il avait éprouvées, et lui fit compter deux cents roubles. Il mourut quelques temps après à Resen, après une courte maladie, pendant laquelle je lui prodiguai tous mes soins. Lorsqu’on voulut l’ensevelir, j’aperçus, suspendue à son cou, une médaille