Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/393

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


du fermier et de sa femme, que Charles avait oublié de mettre sous la sauve-garde du ministre, comme il y avait mis madame Lacroix. C’est à cette occasion que je fus à Paris pour l’avertir que trente-six après, madame Lacroix, le fermier et la fermière seraient livrés au tribunal criminel, dont les opérations rentreraient dans les attributions du ministre de la justice. Ce fut alors que j’entendis le ministre dire ces mémorables paroles : « Que diable, quand on conspire, on n’y met pas de femme ! » Le résultat fut qu’il me fit donner par de Villers une lettre de six lignes, ouverte, qui ordonnait impérativement à....... d’envoyer sur-le-champ madame Lacroix à Paris. Par étourderie ou autrement on oublia le malheureux fermier, pour lequel seul j’étais venu, et qui fut la cause que l’affaire passa des mains de Fouché dans celles du ministre de la justice. Jusque-là je crois que le ministre de la police était de bonne foi. Je ne crois nullement que Charles ait eu l’intention de nuire par