Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/386

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


inquiétait pas autrement ; d’ailleurs, il avait tout le soin possible de Clément-de-Ris, le nourrissant de tout ce qui pouvait lui convenir ; madame Lacroix envoyait des volailles ; du vin et des fruits ; mais le sénateur osait à peine manger, de crainte d’être empoisonné ; et, au milieu de ses protestations, il se servait de la liberté qu’on lui laissait pour observer dans son caveau les objets qui pouvaient l’aider à le reconnaître en temps et lieu. Il retenait le nom des valets, des servantes de la ferme, le nom des chevaux et des vaches, le nom des enfans. Charles remit le billet à Arthur. Comme par hasard il était descendu chez moi et était venu me conter toute cette opération, je craignais de me trouver compromis dans des recherches ; et, quoiqu’il n’y eût pas grand mérite ni grand honneur à jouer un rôle dans cette tragi-comédie, je voulus figurer parmi les libérateurs. C’est ici que commencerait ce qu’on pourrait bien appeler une parade, si le dénoûment n’en avait pas été si atroce. Nous partîmes au nombre de cinq,