Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/371

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



N° 11.

Angers, le 17 brumaire an 8.

LE GÉNÉRAL EN CHEF,
À Madame Turpin de Crissé.

  Madame,

Je m’empresse de vous assurer de nouveau que vous trouverez toute sûreté à vous rendre ici demain, à sept heures du matin ; un de mes aides-de-camp vous attendra au Chêne-Lapalu, avec une voiture ; ainsi, vous ne serez pas connue en entrant en ville, et je vous en ferai sortir aussitôt que vous le désirerez, avec les mêmes précautions. Vous descendrez dans telle maison que vous voudrez, et je m’empresserai de vous y aller joindre.

Je vous attendrai avec la plus vive impatience, et je me féliciterai toute ma vie de notre entrevue, si elle peut contribuer au rétablissement de la tranquillité dans ce malheureux pays, et à votre satisfaction particulière. Je vous prie d’agréer, madame, l’assurance de mon respect.

Signé X. HÉDOUVILLE.