Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/370

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



N° 10. Correspondance relative à la paix de
l’an 8.
Armée d’Angleterre. Document imprimé du 12 brumaire, an 8.jpeg
LE GÉNÉRAL EN CHEF,
À la citoyenne Turpin de Crissé.

Il est extrêmement important, Madame, que j’aie l’avantage de vous voir, pour causer avec vous des intérêts de votre malheureux pays, où vous avez contribué d’une manière si efficace à rétablir la tranquillité.

Je vous promets que vous ne resterez à Angers qu’autant de temps que vous le voudrez, et que vous aurez toute sûreté pour vous y rendre et pour retourner où cela vous conviendra.

J’ai vu M. de Bongars avant de quitter Paris ; il ne désire pas moins vivement que moi que je puisse m’entretenir avec vous.

Je vous prie, madame, d’agréer l’assurance de mes hommages respectueux.

Signé X. HÉDOUVILLE.