Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/368

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



N° 8. Réponse du général Hoche, aux réclamations que madame Turpin lui adressa en faveur de M. de Maklot, émigré, et sur l’ordre qu’elle croyait avoir été donné pour arrêter M. Charles de Turpin, son neveu, aujourd’hui son gendre.
Armée des côtes de l’Océan. Document imprimé du 27 fructidor, an 4.jpeg
LE GÉNÉRAL EN CHEF,
À Madame de Turpin.

J’ai reçu, madame, avec la lettre que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire, le 12 de ce mois, celle que vous adressez à M. Maklot. Je fais passer à Angers le passe-port dont il aura besoin pour se rendre en Suisse, avec recommandation au général Baillot de le faire voyager de manière qu’il n’ait point à se plaindre.

Je vous engage à être parfaitement tranquille sur le sort de monsieur votre neveu ; j’ignore ce que le général Baillot peut avoir à lui dire ; mais je n’imagine pas que cette démarche puisse avoir rien de fâcheux pour lui. Agréez, je vous prie, madame, l’hommage de mon respect.

Signé L. HOCHE.

N. B. M. de Maklot, émigré, qui d’abord avait désiré al-