Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/310

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Cependant le comte de Bourmont, de retour d’Angleterre, et le meilleur officier de l’armée de Scépeaux, avait réuni près de Candé un gros corps d’insurgés, et marchait sur Angers au-devant des républicains. Il les rencontre, dans une lande, au nombre de quatre mille hommes, et les attaque avec une force presque double, mais qui laisse peu d’espoir de résister à des troupes régulières. Toutefois l’engagement, une fois commencé, ne finit qu’avec le jour, et le succès fut si balancé qu’aucun parti ne put se vanter d’avoir remporté la victoire. La journée fut plus glorieuse pour les royalistes angevins qui, en combattant en ligne, ne furent point enfoncés.

Malgré tous les efforts des royalistes entre la Loire et la Vilaine, ils ne pouvaient guère opposer qu’environ quinze mille hommes éparpillés, à trente mille soldats marchant en colonnes, qui s’emparaient successivement des bourgs, des villages, des hameaux ; et qui, par des mouvemens combinés,