Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/235

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


reléguer dans une maison assez éloignée du Roi, Mlle de Choisy, qui occupait le rez-de-chaussée, et M. l’abbé Marie qui était au premier étage.

J’emmenai donc Rivière chez M. l’abbé Marie. Nous prîmes une table qui n’était pas grande, sur laquelle il y avait un couteau à lame longue, assez étroite, et à manche d’ivoire, qui nous servit à couper notre papier. « Allons, mettons-nous à l’ouvrage, nous dit M. l’abbé. Mais nous allons vous gêner, repris-je, nous vous donnerons des distractions. Point du tout, » répliqua-t-il. Il fit aussitôt, et sans la moindre rature ni correction, un mémoire pour les ministres anglais, qui fut regardé comme un chef-d’œuvre. M. d’Avaray le fit partir aussitôt pour Londres, et il y eut le plus grand succès.

Toute la colonie de Mittau étant défilée, le Roi devait quitter Mémel le 23 février, pour se rendre à Kœnigsberg, sans s’arrêter, et de là se diriger sur Varsovie. Une nuit à passer par un temps aussi rigoureux ne pou-