Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/226

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de Mémel. Son Altesse Royale ayant pris séance au milieu d’elles dans la chambre du capitaine, accepta le déjeûner qui lui fut offert, une tasse de café et quelques gâteaux ; elle engagea les dames à lui tenir compagnie ; mais ce ne fut qu’après qu’elle eut achevé sa tasse de café, qu’on en servit à toutes les dames d’honneur réunies dans la même chambre. Son Altesse Royale y passa à peu près une demi-heure ; elle fut véritablement adorable par les marques d’affabilité qu’elle s’empressa de donner à toutes les personnes qui eurent l’honneur d’être admises auprès de sa personne. Elle passa ensuite sur le pont, tenant le bras de M. Lork et se faisant donner des détails relatifs au navire. Mme Ancland et les autres dames accompagnèrent partout la princesse, qui enfin regagna le rivage, et monta en voiture aux cris redoublés de hourah. Aussitôt après le départ de Son Altesse Royale, madame Ancland et les autres dames se rendirent dans la chambre du capitaine, et se partagèrent à l’envi les