Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/202

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


que j’allais en donner avis au château, et j’y envoyai de suite. Le même soir, après avoir eu une conférence avec M. d’Avaray et M. de Saint-Priest, le général Dumouriez fut introduit secrètement par un escalier dérobé dans le cabinet du Roi, et resta deux heures avec Sa Majesté. Le lendemain, sans avoir vu d’autres personnes que M. d’Avaray et M. de Saint-Priest, il partit de grand matin pour Pétersbourg, où il resta long-temps. D’après ce que nous apprîmes depuis à ce sujet, Paul Ier fut assez content de ses plans ; quoiqu’il en soit, il le traita bien et le recommanda au Roi. À son retour à Mittau, ce général fut solennellement présenté à Sa Majesté, et, pendant huit jours qu’il y resta, il eut toujours l’honneur de manger avec elle. Au premier repas, quoique Madame, duchesse d’Angoulême, eût été prévenue, la présence de Dumouriez lui fit une telle impression, que Son Altesse Royale fut sur le point de s’évanouir. Pendant le temps qu’il resta à Mittau, il parut fort peu à son aise ; il n’éprouva, il est