Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/200

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


camp mangèrent debout. Puis on leur servit du punch. Sitôt après ce repas, qui ne dura pas plus d’un quart d’heure, il entra seul dans un kibick en traîneau, avec un petit coffre à côté de lui ; les quatre aides-de-camp, dans deux autres kibicks en traîneau, le suivaient immédiatement, de même que tous ses gens aussi en traîneaux.

Monseigneur le duc d’Angoulême partit vers la fin d’avril pour l’armée de Condé, accompagné de M. le comte Étienne de Damas.

Dans l’automne de 1799, il fut dit à l’ordre du détachement des gardes-du-corps du Roi, que le général Dumouriez étant mandé à Pétersbourg, passerait incessamment par Mittau ; que le Roi désirait le voir, et que Sa Majesté espérait et demandait qu’on ne lui fît éprouver aucun désagrément. Il ne fallut rien moins que cette manifestation des intentions du Roi pour contenir tous ses fidèles serviteurs. Un jour, à une heure après midi (je ne puis me rappeler la date juste), revenant du château,