Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/196

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mettre de toutes parts la faction de la France hors d’état de nuire à la masse de mes sujets, soit dans leurs personnes soit dans leurs propriétés ; ainsi donc je vous ordonne de faire prévenir les chefs qui peuvent être à leurs postes, que chacun dans sa division demeure responsable des crimes d’assassinat qui pourraient être commis dans la suite. Obligé de recréer la grande machine du gouvernement français, auquel ma cruelle destinée m’appelle, dans quelle circonstance je mets la main à cet ouvrage ! Un peuple épuisé, fatigué, abîmé de tous les forfaits des vils usurpateurs qui se sont succédé avec la rapidité du vautour ! il aura besoin de recevoir à l’instant des soulagemens, et c’est sur ce point que toutes mes affections se fixent.

» Je suis le premier et presque le seul auteur de la proclamation qui va être adressée aux Français, au moment de ma rentrée dans mon royaume ; c’est mon cœur qui l’a dictée. Mon conseil étroitement uni à moi, n’a fait qu’éclairer ma marche ; une amnistie