Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/195

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


meurtres partiels qui se commettent dans les provinces de l’ouest et du midi. Non-seulement je désapprouve tous ceux qui ne s’enrôlent pas dans l’armée royale pour combattre sous les drapeaux de l’honneur, et qui osent commettre des brigandages en mon nom, mais je ne puis voir dans ces attentats trop souvent multipliés qu’une manœuvre odieuse de quelques scélérats pour fournir aux usurpateurs de mes droits un prétexte toujours renaissant de calomnier mes intentions et mes projets de clémence. Grand Dieu ! que puis-je espérer de mes vues paternelles et bienfaisantes pour tous, si quelques hordes de brigands se permettent de commander le crime et de le faire commettre au nom de leur Roi légitime. Vous savez, monsieur le duc, quels sont mes projets pour les provinces où j’ai reconnu mes plus fidèles sujets. Vous savez que j’ai cherché à y former une armée redoutable qui recevra bientôt de puissans secours. C’est moins pour les conquérir que pour éviter de nouvelles effusions de sang et