Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/172

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


souvenir, il a fait remplacer le carreau de vitre brisé par la balle, par un autre carreau de verre jaune, et il n’a point réparé la dégradation qu’elle a faite au mur. Par vénération pour le Roi, il n’a pas voulu non plus que l’on ôtât du plancher le sang de Sa Majesté, son intention même était de l’y conserver à jamais.

Comme il n’y avait à Dillingen aucune force répressive, et que les Jacobins, qui y étaient en grand nombre, en avaient corrompu l’esprit, le Roi fut obligé de partir quarante-huit heures après sa blessure, et la tête toute enveloppée de linges. Ce ne fut que sous le nom d’un chanoine d’Augsbourg qu’il entra dans cette ville ; il y logea dans le palais de son oncle, l’électeur de Trèves. Malgré sa blessure, malgré l’état de faiblesse qu’elle lui avait occasioné, Sa Majesté ne put y rester que quelques momens. N’osant s’arrêter nulle part, chassé de partout, M. le comte d’Avaray me mandait : Dieu veille sur notre maître ; malgré tout, il se porte bien ; mais il ne sait et il n’a pas où repo-