Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/103

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


que, dans le cas où les Français se seraient retirés dans la direction de Kalouga, il avait pris d’avance toutes les mesures nécessaires pour qu’ils n’y trouvassent à leur arrivée qu’un monceau de cendres : ce qui était d’autant plus facile à exécuter que toutes les maisons, excepté le palais du gouverneur et les églises, sont construites en bois de sapin. Toutes les provisions et objets précieux avaient été embarqués au moment de l’occupation de Moscou.

Quinze jours après mon arrivée à Kalouga, j’en partis pour me rendre à Resen, qui en est éloigné de cent lieues. Je fus un des premiers Français qui furent envoyés dans ce gouvernement. J’y trouvai quelques-uns des officiers et soldats faits prisonniers sous les ordres de Murat en avant de Moscou. J’y trouvai également le brave général Bonami ; mais il n’y était que pour cause de maladie. Il avait ordre de se rendre à Orel, où il fut envoyé depuis. Orel est une ville grande, riche et bien peuplée. Son territoire produit