Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/102

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tendre à cette faveur, qui n’était pourtant qu’une juste récompense, que son rappel de l’armée de Moldavie avait été une espèce de disgrâce. En effet, il avait été remplacé dans le commandement par un jeune seigneur sans expérience. Mais alors on avait senti combien il importait de ne confier le salut de l’État qu’à des mains exercées, et il avait été jugé le plus capable de s’opposer avec succès à l’entreprise audacieuse de Napoléon.

Je partis pour Kalouga, accompagné d’un sous-officier, d’un employé de l’administration, et de l’acteur Saint-Vert, dont j’ai parlé plus haut. Je fus parfaitement accueilli par le gouverneur de cette ville, qui me permit d’y séjourner pendant quinze jours pour soigner ma blessure dont je souffrais beaucoup. Kalouga est une des villes les plus riches de la Russie ; elle fait un commerce considérable de blés. Les habitans avaient été pendant quelque temps dans de vives inquiétudes ; mais, à l’époque de mon passage, ils étaient entièrement rassurés. Le gouverneur me dit