Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/74

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHAPITRE III.

Marche de l’armée sur le Caire. — Combats avec les mamelucks. — Prise du Caire, et occupation de cette capitale par l’armée française.

Le général en chef, accompagné de son état-major, quitta la ville d’Alexandrie le 7 juillet, à cinq heures du soir. J’avais pris le devant avec d’autres officiers chargés comme moi de parcourir les différentes divisions en marche, afin de rendre compte à l’état-major de l’état des choses. L’armée avait à traverser un désert de vingt lieues pour arriver au Nil. Nous reconnûmes bientôt combien il était dangereux de s’écarter seul de la marche des colonnes sans être escortés ; c’était courir le risque d’être assassiné, ou victime d’une passion infâme très en vogue dans ce pays, surtout de la part des Arabes-Bédouins. Plu-