Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/57

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’Arthémise, entra dans le port de Corfou le 5 juillet ; là il remit ses dépêches au général Chabot, et apprit de lui, ainsi que de l’adjudant-général Rose, de retour de Janina, qu’Ali-Pacha n’était point dans cette ville, mais au camp sous Widin, dirigé contre Passavan-Oglow. Ali-Pacha avait fourni son contingent de 15,000 hommes, et c’était lui qui commandait en chef toute l’armée turque. L’adjudant-général Rose, chargé par le Directoire d’une mission semblable à celle de l’aide-de-camp La Valette, n’avait trouvé à Janina que les deux fils du pacha, Mouktar et Willy, avec lesquels il avait conféré, et qui l’avaient reçu avec beaucoup de distinction. Après leur avoir fait part des victoires remportées par le général en chef Bonaparte, il leur remit une lettre du ministre de la marine pour leur père, écrite par ordre du Directoire, et les assura de l’amitié de la grande nation. Le Directoire avait pris occasion des secours qu’Ali-Pacha avait donnés pour l’approvisionnement de notre escadre, laquelle