Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/53

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


La prise de Malte était d’un si heureux début, que le général Bonaparte se crut appelé dès lors à révolutionner l’Asie et l’Afrique, et à faire la conquête de l’Orient. Il agit bientôt sur la fausse donnée accréditée dans les cabinets de l’Europe, que l’empire ottoman allait s’écrouler, se dissoudre, et qu’il fallait se hâter d’en partager les dépouilles : en conséquence il crut devoir se ménager des intelligences et des appuis parmi les pachas qui, étant le plus à sa portée, passaient d’ailleurs pour être les plus indépendans de la Porte ottomane, ou du moins le plus hors de son influence. On voit de suite que je veux parler du célèbre Ali, pacha de Janina en Albanie et en Épire. Le général en chef se hâta de lui envoyer son aide-de-camp La Valette, avec une mission particulière. Voici la lettre qu’il écrivit à Ali-Pacha, et dont la Valette fut porteur.

« Mon très-respectable ami, après vous avoir offert les vœux que je fais pour votre