Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/441

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le général en chef Menou a eu deux chevaux blessés sous lui.

Nous avons perdu dans cette journée trois mille hommes, dont quinze cents tués ; le reste blessé ou prisonnier ; presque tous les chefs des corps ont été blessés ou tués ; outre les généraux Lanusse, Roize, Boussard, Sornet, Bodot, plusieurs chefs de brigade, et officiers de la plus grande espérance.

Les Anglais ont fait aussi de grandes pertes. On assure que le général en chef Abercromby dit en mourant : « Je meurs avec plaisir, après avoir repoussé les premières troupes du monde. »

Après sa retraite, notre armée prit la défensive. Le général ordonna ce qui suit : « Les généraux Friant et Rampon sont nommés lieutenans-généraux ; le général Destaing, général de division ; l’adjudant-général Réné, général de brigade ; le chef de brigade Dannugum, général de brigade. L’armée sera formée en deux divisions, une aux ordres