Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/420

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le 11 ventôse, le général Friant dépêcha un Arabe porteur des dépêches pour le général Menou ; il arriva au Caire le 13, à deux heures après-midi. Le général Friant mandait à Menou qu’une flotte anglaise avait paru, qu’elle avait été obligée de tenir le large vu la grosse mer ; qu’il culbuterait dans la mer les Anglais s’ils s’avisaient de débarquer. Il demandait un régiment de cavalerie de plus ; avec cela et sa colonne, il répondait, disait-il, de la côte. L’adjudant Martinet, ci-devant capitaine de frégate, commandait l’avant-garde de la colonne mobile du général Friant ; le général Zayonscheck commandait la colonne de Rosette, forte de onze cents hommes. À la nouvelle de l’arrivée de la flotte anglaise, le général Menou ordonna de suite ce qui suit :

Ordre donné le 13 ventôse après-midi.

La division Reynier, composée de la 9e et 85e[1], partira pour Belbéis, pour s’y tenir en

  1. Le reste de la division formait la garnison du Caire et de Salahiéh.