Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/415

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


caution, et que je réponds de vous à la vie et à la mort… »

Fructidor (août et septembre).

Les généraux de l’armée se sont assemblés et se sont présentés chez le général en chef, savoir : le général Reynier, le général Verdier, le général Lanusse, l’inspecteur Daure. Le général Verdier a porté la parole (avec un écrit en 32 articles qui n’a point été lu), et a dit : « Général, les généraux de division vous observent que votre conduite est celle d’un fou ; que vous ordonnez ce que vous n’avez pas le droit de faire avant d’être confirmé par le gouvernement. Si vous continuez, un conseil s’assemblera pour conférer le commandement de l’armée à un général qui aurait dû l’avoir. » Réponse de Menou : « Généraux, si vous venez pour m’insulter, vous vous insultez vous-mêmes ; si c’est pour vous battre, voici mes armes. » Il leur montra le brevet qu’il venait de recevoir du gouvernement par les derniers bâtimens arrivés de France. Les généraux sor-