Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/411

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


haine de tous les généraux partisans du général Kléber. Des conciliabules ont eu lieu chez le général Damas, et chez l’ordonnateur inspecteur-général Daure. Le général Menou se voyant isolé, s’est efforcé d’attirer les soldats dans son parti, en leur faisant distribuer de l’argent comme solde, au lieu de l’employer à payer les dépenses extraordinaires, traitemens de table, et gratifications aux généraux.

Il a fait travailler aux fortifications du Caire, au fort de Lesbé, près Damiette, à Burlos et au lac Menzaléh. Le général a adressé plusieurs proclamations au peuple, tendant à l’amener à l’obéissance la plus parfaite. Le peuple aime assez le général Menou, parce qu’il s’est fait turc, et qu’il observe avec assez d’exactitude la religion mahométane. On peut croire que si, après la défaite de l’armée d’Orient, en ventôse, germinal et floréal, le peuple ne s’est point révolté, le général Menou en a été redevable à l’influence qu’il avait sur le peuple, aux sages conseils qu’il lui a