Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/375

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dréossy, des dettes sur des billets qui, assure-t-on, ne furent jamais payés.

Voici du reste, sur la traversée de Bonaparte, des détails que je puis garantir, car je les tiens d’un officier de marine qui était à bord de la Carrère, qui faisait partie de l’escadrille. C’était le Muiron qui portait Bonaparte, ainsi que son aide-de-camp Lavalette, son secrétaire Bourienne, le contre-amiral Gantheaume, les généraux Berthier et Andréossy, et les savans Monge et Bertholet. La Carrère était montée par le chef de division Dumanoir, et par les généraux Lannes, Murat et Marmont. Deux avisos, l’Indépendant et la Foudre, faisaient aussi partie du convoi, de même que le chebeck la Revanche, gréé en voile latine, et excellent voilier, qui devait recevoir Bonaparte à son bord en cas de rencontre et de sauve qui peut.

Les deux frégates virèrent de bord à la hauteur de Candie, et vinrent reconnaître les côtes d’Afrique les plus voisines, pour esquiver les vaisseaux ennemis. Là, où les