Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/360

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nusse ne parvint que difficilement à y rétablir la tranquillité, sans pouvoir rendre aux communications la sûreté désirable.

Mais bientôt un homme fanatisé des déserts de l’Afrique, se faisant passer pour l’ange El-Mohdhy, annoncé aux hommes dans le Coran, vint soulever la province de Bahyréh. Il prétendait se rendre immortel en passant de l’ail sur ses lèvres, et affirmait qu’en jetant en l’air des poignées de sable, il arrêterait les balles et les boulets des Français, contre lesquels le prophète venait de l’envoyer du ciel pour les exterminer.

En moins d’un mois cet imposteur rassembla plus de dix mille croyans. Formant aussitôt un corps d’armée, plutôt de fanatiques que de soldats, il vint attaquer à Damanhour un poste de deux cents Français, qu’il fit égorger de la manière la plus cruelle, après avoir fait mettre le feu au village. Enhardi par ce succès, l’ange El-Mohdhy fabriqua un firman par lequel il invitait le peuple de l’Égypte entière à se réunir à lui, ce qui