Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/35

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


trois frégates idem, et deux cutters pris sur les Anglais. Le contre-amiral Perrée partit d’Ancône avec deux frégates françaises et deux vénitiennes. Toutes ces forces navales se dirigèrent vers Toulon qui était le centre de l’armement général. Le contre-amiral Brueys, avant de mettre à la voile de Toulon, fut promu au grade de vice-amiral, sur la demande du général en chef Bonaparte. L’affaire de Bernadotte à Vienne[1] porta aussi-

  1. Le général Bernadotte fut nommé, après la paix de Campo-Formio, ambassadeur à Vienne ; il se rendit à son poste dans le mois de février 1798. Le 13 avril, les habitans de Vienne ayant voulu célébrer une fête en réjouissance de l’armement de leurs volontaires destinés à combattre les Français qui avaient menacé Vienne l’année précédente, le général Bernadotte crut voir dans cet anniversaire quelque chose d’offensant pour la république française. Il donna le même jour dans son hôtel une fête en l’honneur des victoires de la France, et il fit arborer extérieurement le drapeau tricolore. Le peuple de Vienne s’attroupa et voulut faire retirer le drapeau ; le palais de l’ambassadeur fut forcé, et quelques coups de fusils furent tirés. Le général Bernadotte quitta aussitôt Vienne, et l’on fut quelque temps dans l’appréhension d’une nouvelle rupture, ce qui eût beaucoup contrarié