Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/341

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


réponse énergique, le général en chef n’insista plus, et dit seulement au courageux Desgenettes et avec un ton d’ironie : « J’avais, docteur, une tout autre idée de vos principes philosophiques ; mais je vois que je me suis trompé. » Au moment où le docteur se levait pour prendre congé, Berthier, qui était présent, ayant été interpellé par Bonaparte, manifesta le même opinion que Desgenettes, de sorte que le général n’osa point alors mettre son projet à exécution ; au contraire, tous les malades et blessés, sans distinction, furent d’abord transportés à la suite de l’armée en retraite, et le général en chef donna, ainsi que je l’ai déjà rapporté, ses propres chevaux pour faciliter ce transport.

Mais, arrivés à Jaffa, d’autres difficultés se présentèrent pour l’évacuation des pestiférés, soit sur Damiette par mer, soit sur El-Arich par terre. On redoutait à la fois pour l’armée, la peste, la disette et les privations. Le général en chef revint avec sa ténacité ordinaire à son affreux projet de Saint-Jean-d’Acre.