Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/34

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


matériel de l’armement. Les troupes furent à l’instant dirigées vers les ports désignés, de même que les équipages d’artillerie. Le général Baraguey-d’Hilliers fut chargé de l’embarquement au port de Gènes, où il avait avec lui les généraux Vial, Veaux et Murat ; l’embarquement de Civita-Vecchia fut commandé par le général Desaix, ayant sous ses ordres les généraux Friant, Muireur et Belliard. Le général Vaubois présida aux armemens de Bastia, Ajaccio et autres ports de l’île de Corse. Le général Kléber fut employé, sous les ordres du général en chef, dans l’armement qui se préparait à Toulon ; c’était le plus considérable. Des ordres furent donnés pour que le contre-amiral Brueys, qui était à Corfou avec une grande partie de l’escadre, fît voile pour Toulon. Il n’y avait pas un seul vaisseau de guerre anglais dans la Méditerranée. Le contre-amiral Brueys mit à la voile de Corfou vers la fin de février avec six vaisseaux de guerre français, six frégates, cinq vaisseaux de guerre vénitiens,