Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/337

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


garantir de la contagion le Caire et ses provinces.

Le général en chef donna ordre au médecin en chef Desgenettes de visiter les hôpitaux du Caire, pour connaître le régime qu’on y suivait.

Il pressa auprès de l’Institut la composition des tables comparatives des mesures égyptiennes et des mesures françaises, du vocabulaire français-arabe, et d’un triple calendrier égyptien, cophte et européen.

Les travaux et les séances de l’Institut l’occupaient d’une manière particulière ; mais il en troublait souvent la paix par son esprit de despotisme : il ne voulait souffrir aucune contradiction, et lorsqu’il énonçait lui-même une opinion, il permettait bien rarement qu’on la combattît. Un jour, le médecin en chef Desgenettes s’étant engagé avec lui dans une discussion sur un point de chimie, le général en chef, irrité de trouver le docteur en opposition avec ses idées, leva la séance en disant : « Je vois bien que vous vous tenez