Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/334

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tèrent la vallée des lacs de Natron, et ils recueillirent des détails curieux sur leur singularité physique. Le général Andréossy leva la carte du lac Menzaléh. Le médecin en chef Desgenettes et ses courageux et fidèles collaborateurs étudiaient la topographie physique et médicale de l’Égypte. Toutes les parties de cette contrée célèbre que les victoires de nos soldats rendaient accessibles, étaient examinées avec autant d’ardeur que de soin. Le désert lui-même n’était pas sans richesses. On commençait à rassembler les matériaux et à poser les fondemens du grand monument littéraire qui a été élevé depuis par des savans français, à la gloire du peuple Égyptien.

Les savans s’étaient d’abord partagés dans leur opinion sur l’Égypte ; les uns la virent d’abord avec les sombres couleurs dont s’était servi Volney pour la décrire ; les autres la virent avec le prisme agréable dont s’était servi le voyageur Savary, pour embellir ses tableaux sur l’Égypte. Celui-ci trouva un