Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/309

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion

une proclamation à ses soldats, à l’effet de colorer et de pallier cette détermination, en rappelant tout le mal qu’il avait fait à Djezzar, et exagérant nos avantages remportés en Syrie. On fit à l’instant même toutes les dispositions militaires, soit pour l’évacuation des blessés, soit pour couvrir notre marche, et éviter d’être harcelés. Ce fut en vain que, pour donner le change à l’ennemi, l’artillerie de campagne ne cessa de tirer sur les remparts de la ville ; l’ennemi, informé de notre résolution, se mit aux aguets pour répéter ses sorties, et s’assurer de notre retraite.

Enfin, dans la soirée du 20 mai, on se remit en marche pour repasser le désert et rentrer en Égypte. La grosse artillerie, pour laquelle on n’avait aucun moyen de transport, fut jetée à la mer. Le général en chef fit présent de quelques pièces de canon et de quelques armes à feu aux Druses qui avaient porté des vivres à l’armée, et il leur promit de revenir un jour. La division du général Lannes forma l’avant-garde, et la division