Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/289

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Djezzar-Pacha. Le 30 mars, les assiégés se précipitèrent hors de la place, et attaquèrent les travaux de tranchée : leur choc fut si violent, que nos soldats, ne pouvant le soutenir, se replièrent : les ouvrages restèrent d’abord au pouvoir de l’ennemi, mais bientôt on les leur reprit, malgré sa vive résistance. Le lendemain l’ennemi fit une troisième sortie, et nous livrâmes un second assaut à la tour, qui fut aussi sans succès. Il fallut à nos mineurs huit jours pour faire sauter la contrescarpe ; on continua la mine sous le fossé afin de faire sauter la tour tout entière, car on n’espérait plus pouvoir s’y introduire par la brèche. L’ennemi s’étant aperçu que nous cheminions, fit une sortie générale sur trois colonnes, avec deux cents hommes de troupes anglaises au centre. Il fut repoussé, et perdit le capitaine anglais Thomas Aldfield : mais il établit des places d’armes pendant les jours suivans, leva des cavaliers, marchant en contre-attaque sur nos ouvrages.

Cependant l’orage commençait à gros-