Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/283

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les mauvais chemins retardant notre marche, nous n’arrivâmes que fort tard sur le bord du Kerdanneh vers son embouchure, et qui coupant les chemins de la place, en rendait l’approche d’autant plus difficile, que les fantassins, mêlés à la cavalerie turque, occupaient la rive opposée. Il fallut jeter des ponts pour faire passer l’infanterie et l’artillerie, opération qu’on ne put effectuer que le lendemain. À la pointe du jour, le général en chef, suivi de son état-major, se porta rapidement sur une hauteur qui dominait Saint-Jean-d’Acre, dont il examina lui-même les remparts avec la lunette d’approche. Acre, situé dans une presqu’île, nous parut d’une médiocre grandeur, mais d’une construction solide. La mer mouille ses remparts. Dans les trois quarts de sa circonférence du côté de terre, elle est fermée par un double mur, fortifié de distance en distance par des bastions et des tours de différentes grandeurs ; les plus fortes flanquent et dominent ses angles. Cette partie du côté de la terre en est sépa-