Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/278

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cher sans délai sur Saint-Jean-d’Acre. Avant son départ, il écrivit, sous la date du 9 mars, une troisième lettre à Djezzar-Pacha, espérant peu toutefois de cette nouvelle tentative. Il s’exprimait en ces termes :

« Depuis mon entrée en Égypte, je vous ai fait connaître plusieurs fois que mon intention n’était pas de vous faire la guerre ; que mon seul but était de chasser les mameloucks : vous n’avez répondu à aucune des ouvertures que je vous ai faites.

» Je vous avais fait connaître que je désirais que vous éloignassiez Ibrahim-Bey des frontières de l’Égypte. Bien loin de là, vous avez envoyé des troupes à Gaza, vous avez fait de grands magasins, vous avez publié partout que vous alliez entrer en Égypte. Effectivement, vous avez effectué votre invasion en portant deux mille hommes de vos troupes dans le fort d’El-Arich, enfoncé à six lieues dans le territoire de l’Égypte. J’ai dû alors partir du Caire, et vous apporter moi-même