Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/273

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sés flanqués de quelques tours garnies de canons. Un ramas de troupes de différentes nations se résolut de braver l’attaque derrière un aussi faible boulevard. La division Kléber, qui en avait commencé l’investissement, fut chargée de couvrir le siége du côté des montagnes habitées par les Naplousins, qui s’armaient pour venir nous inquiéter. Elle fut remplacée par les deux divisions Bon et Lannes, qui investirent, l’une, la partie orientale, et l’autre, la partie occidentale de la ville. Une reconnaissance, conduite par le général Murat, nous apprit qu’outre l’enceinte de ses murailles garnies de tours, Jaffa avait encore pour la défense du port et de la rade deux petits forts. Le général en chef, qui voulait renouveler en Syrie la même scène de terreur dont il avait frappé Alexandrie en Égypte, était décidé à prendre Jaffa par escalade, et il le fit attaquer vers les parties les plus élevées et les plus fortes de ses murailles. Plusieurs batteries furent établies, et battirent en brèche.