Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/27

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


rant de mai, être assuré d’y trouver la récolte faite, et conséquemment tous les approvisionnemens nécessaires pour une année entière : donc nulle inquiétude pour les subsistances et pour la conservation de l’armée.

» Les mois de mai et juin sont plus que suffisans pour soumettre le Delta et la moyenne Égypte avant l’époque du débordement ; il est essentiel de brusquer cette opération ; et, après le débarquement, de marcher droit au Caire, en prenant toutes les précautions possibles pour la conservation des récoltes de riz et de grains que l’on trouvera faites et serrées.

» On remettra la conquête de la haute Égypte à l’hiver, après la retraite des eaux. On laboure et l’on ensemence en novembre ; elles sont suffisamment ressuyées à cette époque ; par conséquent, en décembre et janvier, le sol étant parfaitement raffermi, on peut entreprendre et achever la conquête de la haute Égypte.