Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/261

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


coup de troupeaux. Des arbres de toutes espèces l’ombragent ; on y voit également beaucoup d’oliviers. Alep et Damas sont ses deux plus grandes villes. La Syrie offrant cent cinquante lieues de côtes à la mer, on y trouve aussi plusieurs villes maritimes. La première est Gaza, jadis célèbre, mais aujourd’hui sans rade et sans port, la mer s’en étant retirée d’une lieue ; puis Jaffa, l’ancienne Joppé. Son port est le plus voisin de Jérusalem ; il n’en est qu’à quinze lieues. L’ancienne Césarée n’offre plus guère que des ruines. L’ancienne Tyr, que les Syriens ou plutôt que les Arabes appellent Sour, n’est plus qu’un village. Saïde, Baîrout, Tripoli, ne sont que des petites villes. Le golfe d’Alexandrette, situé à vingt lieues d’Alep, offre un mouillage pour les plus grands vaisseaux ; ce qui en fait le point le plus important de toute la côte. La ville de Saint-Jean-d’Acre, qui est entre Césarée et l’ancienne Tyr, a aussi une rade foraine. Cette ville, où l’on compte 12,000 habitans, a une assez grande impor-