Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/228

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


remets le tout, ne voulant rien avoir à démêler à cet égard. »

Inconsolable du départ de Bonaparte, madame F*** épia l’occasion de repasser en France. Elle eut recours à Junot, qui était resté aussi en Égypte ; il consentit à la faire embarquer à bord de l’America, l’un des transports français, avec lui, avec son aide-de-camp Lallemand, le musicien Rigel, Corences fils, et d’autres. À la sortie du port d’Alexandrie, le bâtiment tomba au pouvoir des Anglais, qui amenèrent tous les passagers à bord du Thésée. Junot fut envoyé à Mahon, et les passagers furent renvoyés à terre. Quant à madame F*** elle demanda et obtint d’être ramenée en France, où elle avait l’espoir de jouer un grand rôle, sachant déjà que Bonaparte s’était emparé du gouvernement ; mais à son arrivée à Marseille, elle reçut défense de se rendre à Paris. Enfin elle en obtint l’agrément, et vécut long-temps dans un château que lui acheta Bonaparte à deux lieues de la capitale ; sa maison y était montée sur le pied