Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/225

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Bonaparte en Syrie ; mais elle en recevait des lettres très-tendres, où il lui faisait part de ses regrets et de ses traverses avec une sorte d’abandon qui rendraient ces lettres bien précieuses aujourd’hui. Cette confiance et cet amour se soutinrent, et à son retour il se montra si épris qu’il n’hésita point de promettre à sa jeune maîtresse de faire prononcer son divorce avec Joséphine, dont il n’avait point d’enfant, et de l’épouser elle-même si elle le rendait père. Il aurait tenu parole si cette dernière condition s’était réalisée. Sa jeune maîtresse favorisa involontairement son évasion de l’Égypte, en restant au Caire avec son train de maison, tandis qu’il lui assurait et disait publiquement qu’il allait faire une tournée dans le Delta. On voit que chez lui l’amour fut toujours subordonné à sa passion principale, l’ambition. Sa maîtresse, courroucée de son départ furtif, en était inconsolable ; elle exhalait son chagrin en plaintes amères, quand un poète français, membre de l’Institut, lui adressa les couplets suivans,