Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/224

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Tout ceci est raconté diversement par d’autres personnes de l’expédition. F***, qui était en détachement, n’aurait eu que mille écus pour remplir l’objet de sa mission. Pris par les Anglais dans sa traversée, il aurait été jeté de nouveau sur la côte ; mais les officiers de son régiment ne voulant plus le recevoir, l’accusant d’avoir vendu sa femme au général en chef, il se serait battu en duel, et n’en serait pas moins resté sans activité au Caire, recevant toujours son traitement. Il est certain que soit alors, soit plus tard, le divorce fut prononcé.

Le général en chef avait logé sa maîtresse à la droite de la maison dite Elfi-Bey, sur la place El-Békir. Là, on la voyait couverte de bijoux avec des vêtemens somptueux, portant, le portrait du héros ; et lui, les cheveux de l’héroïne.

Elle s’habillait fréquemment en habit de général, allait aux promenades sur un cheval arabe dressé pour elle, et suivie par les aides-de-camp. Il est faux qu’elle ait accompagné