Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/204

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


blé les notables de l’Égypte, et les chefs de la religion des grandes mosquées ; ceux-ci, en s’occupant en apparence des projets du général, attisaient secrètement le feu de la révolte. Les imans firent parler Dieu et le prophète ; ils répandirent à profusion le firman du grand seigneur contre les Français. Enfin une dernière mesure adoptée par le général en chef, excita un mécontentement général. Il s’agissait de soumettre toutes les concessions de propriété à une révision et à un droit d’enregistrement, afin de se procurer des ressources dans une capitale où le numéraire avait disparu en grande partie. L’insurrection éclata le 22 octobre, par des rassemblemens dans différens quartiers de la ville, au moment où le général en chef venait de partir pour Gizéh, où il allait visiter un établissement d’artillerie. Plusieurs jeunes mameloucks avaient pris l’habit et l’uniforme français, pour mieux exciter et enflammer le peuple. Les principales maisons occupées par les Français furent d’a-