Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/201

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tude de mosquées, de minarets et de dômes conservent le souvenir des grands qui y sont enterrés. Le peuple lui-même a des tombeaux qui s’élèvent à deux pieds de terre, et qui sont distingués par familles ou par quartiers.

Les précautions trop minutieuses que nous prîmes contre les ravages de la peste indisposèrent singulièrement les habitans du Caire. Le général Dupuis, qui y commandait, s’attira la haine de ces peuples, parce qu’il avait dit, dans une proclamation, que la malpropreté des maisons et des rues donnaient aux habitans des maladies inconnues en Europe. Ils étaient contrariés aussi de voir les mosquées gardées par des troupes françaises, quoique cette mesure eût pour objet de faire respecter leur culte, car il y avait peine de mort contre tout Français qui insulterait un Musulman en prières.

D’un autre côté, par un arrêté du général en chef, il était permis aux Grecs de porter le turban de toutes couleurs : ils ne pouvaient le porter que blanc auparavant. Cette inno-