Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/186

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


qui servirent à étancher la soif à nos soldats. Ce ramas de cabanes, formant une espèce de hameau, porte le nom de Mahonadhé, qui veut dire pêcherie. Le général se remit en route vers le milieu du jour, et au sortir du bogaz de Dibéh, il pénétra dans le canal compris entre l’île de l’ouest et la terre qui tient au continent de Damiette. Ce canal a jusqu’à six cents toises dans sa plus grande largeur, et souvent jusqu’à onze pieds d’eau sur un fond de vase noire.

Le général, prenant la direction de Matariéh, aperçut, vers trois heures de l’après-midi, au-dessus d’est, un grand nombre de voiles cachées en partie par des îles, et allant à l’est. Ces îles, ainsi qu’on l’a vu plus haut, sont sans culture et stériles. Les pilotes et l’interprète du général, s’effrayant à l’apparition d’un si grand nombre de djermes ennemies, conduisirent la flottille dans l’intérieur du golfe, en arrière de la pointe de Matariéh ; bientôt l’expédition aperçut, par le travers de la presqu’île, les mina-