Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/176

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Une partie de ses soldats percent par le grand chemin, l’autre gagne l’extrémité des retranchemens, d’où l’ennemi est chassé et culbuté bientôt sur le Nil. En même temps le général Andréossi, à bord de notre flottille qui, remontant le fleuve, avait été arrêtée par le courant, fait embarquer ses soldats sur des canaux, et arrive au moment même où les Arabes culbutés sur le Nil, et se sauvant à la nage, tombaient sous les coups de fusil des tirailleurs du général Vial. On débarque sur la rive droite, et on se réunit aux troupes de terre. Bientôt le village de Schouara est emporté et livré aux flammes après avoir été pillé. Trois drapeaux, deux petites pièces de canon, deux djermes et la perte d’environ trois cents Arabes tués et noyés ; tels furent les fruits de cette victoire qui ne nous coûta qu’une vingtaine de blessés et très-peu d’hommes tués.

De nombreuses colonnes mobiles parcoururent toute la province de Damiette et celle de Mansourah, où le général Dugua était ar-