Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/155

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Jusqu’au premier août, à deux heures, que les deux armées s’aperçurent respectivement, l’ennemi pouvait avoir ignoré si, maîtres d’entrer dans le port vieux, ou de retourner à Toulon ou à Corfou, nous avions préféré rester dehors ; si, maîtres de nous embosser, nous avions simplement mouillé. Ce qu’il y a de certain, c’est qu’à l’apparition des Anglais, une djerme (barque du pays d’Alexandrie) partit pour aller les informer de tout ce qu’il leur importait de savoir ; et ils surent en profiter, car cette même djerme fit route avec eux : ce fut elle qui les conduisit lorsqu’ils vinrent occuper le vide que nous avions laissé entre la terre et nous. Cette djerme était montée par des officiers français attachés à l’expédition. Le citoyen Sieyes, consul général de la république à Naples, a leurs noms.

Depuis deux heures jusqu’à six, que nous nous laissâmes assaillir, on aurait pu appeler tous les capitaines, et tenir un conseil de guerre ; au lieu de cela, on s’amusait sur les