Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/150

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


leneuve et Decrest furent, avec cinq vaisseaux, deux frégates de 44 canons, et une de 36, spectateurs passifs du combat. Quand l’Orient sauta, les vaisseaux de l’arrière-garde coupèrent leurs câbles ; ils se tirèrent par méprise quelques bordées entre eux, et les vaisseaux l’Heureux et le Mercure, au lieu d’abattre au large, abattirent du côté de terre, et s’échouèrent.

Au jour, cinq de nos vaisseaux, l’Heureux, le Mercure, le Généreux, le Timoléon et le Guillaume-Tell, les frégates la Diane, la Justice et l’Arthémise, avaient tous encore leurs mâtures et le pavillon tricolore, ainsi que le Tonnant, quoique dépourvu de tous ses mâts. Les vaisseaux le Guerrier, le Conquérant, l’Aquilon et le Peuple-Souverain étaient tous démâtés. Au Spartiate, il lui restait le mât de misaine ; et au Franklin, celui de misaine, le mât de hune et de perroquet, le bas mât d’artimon et celui de beaupré. La frégate la Sérieuse avait été coulée bas par l’ennemi, et tous