Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/148

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


d’amener tous les pavillons. L’ennemi était alors nord et sud avec notre tête, et faisait route sur nous.

Après qu’il eut doublé les bancs qui nous restaient au nord-est, lesquels lui furent indiqués par la djerme, qui lui servit de pilote, il vira lof pour lof, et dirigea pour doubler notre tête. Le premier vaisseau anglais la longea tribord à la portée du fusil. Un second vaisseau fit la même évolution, et lorsqu’ils furent, l’un par la hanche babord-d’avant, et l’autre par la hanche tribord-d’avant du vaisseau de tête, à la portée du pistolet, le général fit le signal de faire feu, ce qui fut exécuté. Ces deux vaisseaux se portèrent, l’un par la hanche babord-d’arrière, et l’autre par la hanche babord-d’avant du vaisseau de tête, ayant mouillé une grosse ancre par le sabord de la sainte-barbe babord, et un croupiat à l’écubier du même bord, présentant leurs travers aux hanches du Guerrier.

Un troisième vaisseau ennemi, destiné à