Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/130

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


il fallait des satellites plus nombreux. Comment maîtriser à la fois tant de villages et ces camps arabes garnis d’hommes armés ? Pour s’y établir avec une suite considérable, il eût fallu quitter le Caire. Les beys propriétaires de la Charqhié, dont le besoin était le luxe et les jouissances, préféraient un revenu moins abondant, mais plus sûr à un revenu plus considérable, accompagné de vexations et de dangers.

Quant à l’étendue et à la population de cette province que nous parcourûmes si rapidement, nous avons calculé que depuis la Coubbé, village à une demi-lieue du Caire jusqu’à Saléhiéh, la distance était d’environ vingt-quatre lieues, et que la population des hameaux, bourgs et villages que nous avons reconnus et traversés, s’élevait à un peu plus de vingt mille habitans. Quant aux endroits intermédiaires nous les avons traversés si rapidement, qu’il ne nous a pas été possible d’y faire la moindre remarque.