Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/104

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


passent devant eux, et remplissent exactement leurs ordres.

Ils sont vêtus d’une toile blanche de laine qui s’attache à leur col et dont ils jettent les pans sur leurs épaules. Leurs bras sont nus. Ils ont une espèce de pantalon large qui s’attache aux genoux. La jambe est nue comme les bras et ils n’ont aux pieds qu’une sandale de cuir jaune.

Comme les Scythes, ils s’établissent dans des camps qu’ils transportent à volonté et selon les circonstances. Ils amènent avec eux toute leur famille qu’ils mettent sur des chameaux, dont ils ont un bien plus grand nombre que de chevaux. Les femmes et les enfans montent sur le dos d’un chameau où se trouve une espèce de cabane circulaire dans laquelle ils sont très-commodément couchés ensemble avec leurs enfans.

Les femmes sont habillées à peu près comme les hommes ; elles portent leurs enfans sur le dos. Quoiqu’elles soient considérées de leurs maris, elles ne mangent pas