Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/103

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


époques de l’année. Toutefois ils sont assez généralement misérables ; ils ont constamment besoin de l’Égypte, viennent en cultiver annuellement les lisières, y vendre le produit de leurs troupeaux, et louer leurs chameaux pour les transports dans le désert. Le bénéfice qu’ils retirent de ce trafic, ils l’emploient d’ordinaire à acheter les objets qui leur sont indispensables.

Voici sur les Arabes-Bédouins qui occupent les déserts des environs d’Alexandrie, qui poussent leurs incursions jusqu’à la vallée des lacs de Natron et aux Pyramides, des détails propres à faire connaître leurs mœurs et leurs habitudes. Les Bédouins se lèvent chaque jour de très-bonne heure, et, se mettant aussitôt à genoux, baisent la terre deux fois en regardant le ciel. Au lever du soleil et à l’apparition de la lune ils font la même cérémonie, trois fois de suite, en tournant les regards vers cette planète. Commandés par des chefs appelés cheiks, ils les respectent, les saluent toutes les fois qu’ils